Derniers sujets
» Présentation sur le forum
Aujourd'hui à 17:07 par jmb 24

» Bon plan: Enfumoir Electrique Acier Inoxydable 20,89€
Aujourd'hui à 15:54 par jean84

» Graines de TETRADIUM DANIELLII
Aujourd'hui à 15:20 par Prov sa

» Question sur semis de graines d'arbres à miel (Tetradium daniellii)
Aujourd'hui à 15:20 par Prov sa

» Bonjour du 64
Aujourd'hui à 14:50 par gvsv82

» vitre d'obrservation sur ruche type dadant
Aujourd'hui à 14:44 par woodywood25

» rucher en montagne
Aujourd'hui à 14:39 par altitude38

» Colonie abandonnée - Que faire
Aujourd'hui à 14:09 par Cyril58

» Arbre à miel : Ou tetradium danielii
Aujourd'hui à 14:07 par Cyril58

» Projet de balance électronique
Aujourd'hui à 13:59 par GPA

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Marque-page social
Conservez et partagez l’adresse de abeilles et apiculture sur votre site de social bookmarking

Miel de Tournesol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Miel de Tournesol

Message par L'amiral le Ven 13 Juil 2012, 12:44

Je ne trouve rien qui parle du tournesol dans ce forum et je me pose des questions.

J'ai lu et entendu à plusieurs reprises que le tournesol n'était pas une culture réellement intéressante pour les abeilles car, si l'apport en pollen et en nectar est bon, les pesticides et insecticides y sont très présents.
Est-ce toujours le cas?

Cela m'inquiète car j'ai placé mes deux ruches au milieu d'une vaste culture de tournesol pour pallier au lessivage des miellées précédentes, aider les zazas à préparer l'hiver et, accessoirement, me faire du miel.

Ais-je eu tort?

L'amiral
Donateur
Donateur

Masculin Nombre de messages : 1280
Age : 51
ville et région : Coligny (Ain)
Date d'inscription : 23/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par Invité le Ven 13 Juil 2012, 13:25

Je suis dans une région où il n y a pas de tournesol

Mais je pense que tu as eu raison,
Pour les apis étant dans des zones de culture
Il me semble que c'est une miellée incontournable comme celle du colza
Même s'il a des risques au niveau sanitaire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par mathilie le Ven 13 Juil 2012, 13:42

justement je me demandais moi aussi!!!

est ce qu'il y a encore des traitements une fois fleuri?

mathilie
abeille nourrice
abeille nourrice

Féminin Nombre de messages : 520
Age : 37
ville et région : Beauce
Date d'inscription : 13/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par stefun le Ven 13 Juil 2012, 23:35

Il n'y a pas ou peu de traitement sur la plante.
Tout ce situe au niveau de la graine (et des récoltes précédentes).
Oui le miel de tournesol c'est bon, mais hélas, oui c'est pollué....double tranchant donc.
Dans ma région je ne saurais pas dire si ça affecte les abeilles ou pas...je vous dirais quoi dans quelques jours ça ne va pas tarder a être en fleur autour de chez moi.

stefun
abeille nettoyeuse
abeille nettoyeuse

Masculin Nombre de messages : 485
Age : 35
ville et région : lot et garonne
Date d'inscription : 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par mathilie le Ven 13 Juil 2012, 23:43

ce sont des graines enrobées de pesticides alors?

mathilie
abeille nourrice
abeille nourrice

Féminin Nombre de messages : 520
Age : 37
ville et région : Beauce
Date d'inscription : 13/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par Invité le Sam 14 Juil 2012, 00:44

mathilie a écrit:ce sont des graines enrobées de pesticides alors?

C'est ça !
Comme le colza.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par pierrolefou le Sam 14 Juil 2012, 01:03

bonsoir
Je suis en pleine zone de tournesol et en 2011 je ne sais pas si c'est le cruiser, mais effectivement c'est la 1ere année ou j'ai les ruchers sur tournesol qui ont dérouillé.
À la visite de printemps un mois de retard par rapport aux autres.
Et les bourdonneuses viennent de là aussi, car les ruchers dans les bois ont été complétement différents cette année.
À la visite après les EA et les essaimages naturels abondants cette année à cause du temps, le résultat a été sans appel.
Dans les ruchers issus du tournesol : des orphelines, des bourdonneuses, des reines à changer, Des supercédures en pagaille et dans les ruchers dans les bois que dalle tout nickel. Je ne reviens pas d'une différence pareille.
Peut-etre que ça s'est matérialisé beaucoup plus cette année car le temps a été pourri pour les zazas et que sur une année normale ça passe plus inaperçu ou c'est l'arrivée du cruiser sur tournesol je ne sais pas.
Ça fait plus de 40 ans que je fais de l'apiculture en semi-pro et en pro, juste pour dire que je suis pas un novice bien qu'avec les zazas on apprend tout les jours.
a+

pierrolefou
abeille magasinière
abeille magasinière

Masculin Nombre de messages : 1432
Age : 59
ville et région : 47
Date d'inscription : 29/10/2009

http://Pierrolefou.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par L'amiral le Sam 14 Juil 2012, 07:35

pale Eh ben tu me fous la trouille, là!
Je ne sais plus quoi faire...

L'amiral
Donateur
Donateur

Masculin Nombre de messages : 1280
Age : 51
ville et région : Coligny (Ain)
Date d'inscription : 23/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par LE GUILLON le Sam 14 Juil 2012, 07:51

"P..tain" depuis qu'on nous rabache que toutes les graines de culture intensives ou pas ; sont emrobées avec des produits pas trés clean pour l'apiculture ; il faudrait commencer à les croire ! : les poisons sont partout ! et pierrolefou a raison : les dégats peuvent se voir l'année suivante !

Que faire ! :faire ou refaire une formation apicole avec le syndicat apicole le plus proche où les vieux apiculteurs (souvent amateurs eux aussi) enseignent avec sagesse une apiculture encerclée dans ce monde de folies ! oui il faut rester humbles !!!!!

LE GUILLON
abeille nettoyeuse
abeille nettoyeuse

Masculin Nombre de messages : 198
Age : 57
ville et région : VERCORS OUEST ALT.900 m;
Date d'inscription : 07/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par Invité le Sam 14 Juil 2012, 08:20

m'sieur, m'sieur
le guillon, il a encore dit un gros mot

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par stefun le Sam 14 Juil 2012, 09:12

Petit copié-collé d'un article que j'ai gardé.

Gaucho et apiculteurs
Le Gaucho a peut-être encore davantage défrayé la chronique. Ce produit à base
d’Imidaclopride, efficace contre les parasites des céréales à paille (blé, orge), du
maïs, du tournesol et de la betterave, a été mis sur le marché au début de la
décennie 90.Il aura fallu plus de 10 ans d’expertises et contre-expertises diverses pour que la
dangerosité du Gaucho soit finalement reconnue par paliers successifs. La première
étape, en 1999, fut la suspension de son utilisation pour l’enrobage des semences
de tournesol. Le 25 mai dernier, le Ministère concerné étendait cette interdiction au
traitement des graines de maïs.
Les chasseurs avaient attiré l’attention des pouvoirs publics sur la toxicité pour les
pigeons des pois protéagineux traités au Furathiocarbe ; s’agissant du Gaucho, ce
sont les apiculteurs qui ont rapidement réagi. Mais le bilan est lourd pour la
profession : des millions d’abeilles ont péri en une décennie et un certain nombre de
producteurs ont jeté l’éponge face à l’inertie des autorités.
Au pic de son utilisation dans nos campagnes, le Gaucho assurait la protection d’un
tiers du tournesol cultivé et des trois-quarts des betteraves. On soulignera ici que la
production de miel des 100 000 apiculteurs français (dont 3 000 professionnels) est
assurée à 40 – 60 % par les fleurs de colza et de tournesol. Entre 1995 et 2001, la
récolte nationale de miel est passée de 32 000 à moins de 25 000 tonnes !
Dans le dossier d’homologation du Gaucho, ses inventeurs niaient la possibilité d’un
contact entre les insectes butineurs et l’Imidaclopride ayant enrobé les graines de
tournesol au moment des semis. Le produit n’était pas censé migrer vers les fleurs !
C’est pourtant bien ce qu’il fait… Le fabricant du Gaucho a fini par l’admettre, mais
sur la base de chiffres qui sont battus en brèche par les scientifiques : pour la firme
agrochimique, 1,5 ppb (= partie pour milliard) d’Imidaclopride se retrouve dans le
nectar et le pollen d’un pied de tournesol dont la graine-mère a été traitée avec cette
substance ; le Pr Bonmatin, du CNRS, dénombre 5 à 6 ppb en début de floraison ;
et le Pr Laurent, de l’INRA, 13 en moyenne. La guerre des chiffres n’étant jamais
close, le fabricant du Gaucho établit à 20 ppb le seuil de toxicité pour l’abeille, ce qui
laisse une marge confortable dans le cadre des précédents résultats chiffrés.
Que faut-il entendre par toxicité ? Le débat s’engage aussi sur ce front ! Si toxicité =
mortalité immédiate, les défenseurs du Gaucho peuvent parader… Car la « maladie
de l’abeille folle » n’entraîne pas sa mort fulgurante : c’est là l’un des aspects de la
complexité du dossier.
Mortalité immédiate et mortalité différée
Une abeille intoxiquée à l’Imidaclopride présente des troubles comportementaux qui
ne peuvent échapper à ceux qui connaissent bien ces insectes sociaux. Les
ouvrières atteintes recherchent le pollen à des endroits saugrenus : sur les pétales
des fleurs, voire les feuilles ou les graines déjà formées ; elles se nettoient
frénétiquement et passent de longs moments à se reposer (alors qu’on connaît leur
activité débordante). Elles ne retrouvent plus le chemin de leur ruche ou bien s’y font
refouler à cause d’une gestuelle qui ne répond pas aux critères d’admissibilité. Leur
agonie peut se prolonger des jours, des semaines et peut-être plus. Car la mortalité
hivernale au sein des ruches contaminées atteint 25 % - 30 % des individus (contre 5
% en moyenne dans les ruches saines).
L’Imidaclopride est un neurotoxique qui brouille les réflexes et les stimuli régissant le
travail des habitantes de la ruche. Pour les scientifiques indépendants, le seuil de
tolérance des abeilles à cette molécule ne doit pas être basé sur la dose qui les tue
mais sur celle qui induit de leur part des comportements aberrants ! Au fur et à
mesure des études, ce seuil a été révisé à la baisse. Le Pr Delègue, de l’INRA, situe
le plafond à ne pas dépasser à 4 ppb (= une demi-goutte pour 5 000 litres !), ce qui
est bien en-dessous des chiffres déjà atteints et cités plus haut.A l’Université Paul Sabatier de Toulouse, le Pr Gauthier a dirigé une étude
expérimentale : l’Imidaclopride, à très faible dose, stimule les capacités
d’apprentissage de l’abeille domestique ; mais le phénomène s’inverse quand la
quantité de substance toxique ingérée augmente. Des troubles de la mémoire
apparaissent alors, suite à des dégradations du système nerveux.
Un cheval de bataille du laboratoire qui commercialise le Gaucho a longtemps
consisté à dire que les populations d’abeilles continuaient de s’effriter plusieurs
années après que les traitements à l’Imidaclopride aient pris fin. Les scientifiques
indépendants ont à nouveau dû faire entendre leur voix : dans le cas du tournesol
(dont on rappellera que l’enrobage à l’Imidaclopride est suspendu depuis1999), le Pr
Laurent estime que 60 à 70 % du produit entourant la graine semée se répand dans
le sol ; et comme les tiges et les feuilles sont souvent broyées et mélangées à la
terre après la récolte, jusqu’à 90 % de l’Imidaclopride initiale se retrouve dans la
nature, ce qui est considérable !
Une durée de « vie » plus longue qu’annoncé
D’après la législation française, la rémanence (= persistance) des produits
phytosanitaires dans le sol ne doit pas dépasser 18 mois,.
Dans le cas du Gaucho, on sait désormais que ce point particulier du cahier des
charges n’était pas respecté, loin s’en faut. Le Pr Jouffret, du Centre technique
interprofessionnel des oléagineux métropolitains a découvert des traces
d’Imidaclopride dans des champs dont les semences avaient été traitées au Gaucho
3 années auparavant ! Dans un communiqué de janvier 2001, la Coordination des
apiculteurs de France a pu écrire : « L’Imidaclopride résiduel peut s’exprimer dans le
pollen de tournesol non traité, à des niveaux comparables à ceux constatés avec le
traitement Gaucho de la semence de tournesol. La biodisponibilité de l’Imidaclopride
à travers le pollen du tournesol contaminé par des précédents Gaucho, engendre
une agression permanente sur l’entomofaune, dont l’abeille fait partie.
L’Imidaclopride résiduel est pareillement détecté dans le maïs, le colza, les plantes
adventices (ndlr : les plantes sauvages, « satellites » des cultures), susceptibles
d’être butinées. »
Malgré les travaux des divers experts toxicologiques, la firme à l’origine du Gaucho
n’est toujours pas convaincue que son produit méritait la suspension d’agrément qui
vient de lui être signifiée par voie ministérielle. Elle considère que la surmortalité des
abeilles ne peut être imputable à la seule Imidaclopride. Le varroa (un acarien qui
attaque l’abeille à ses stades larvaires), la piroplasmose, la nosémose,
l’ascapharose, les aspergilloses, l’urbanisation, la pollution, les perturbations
climatiques… sont pointés du doigt par les industriels du Gaucho. Il se pourrait bien,
effectivement, que l’action combinée de plusieurs facteurs soit responsable de la
crise apicole actuelle…
Il n’est pas moins vrai que le Gaucho est un produit extrêmement actif à des doses
infinitésimales et que des études plus approfondies, encore en cours, justifient que le
fameux principe de précaution soit mis en avant. Telle est du moins la décision
appliquée en France et dans une poignée de pays occidentaux chez qui la pression
des chercheurs et des opinions publiques a pu s’exercer.
Mais l’Imadoclopride a encore de beaux jours devant elle à l’échelle de la planète : le
Gaucho est vendu dans 120 pays pour traiter 140 types de cultures agricoles !
Quand les pays riches claquent la porte à un produit jugé dangereux, le marché des
pays émergeants et du Tiers-Monde ne se ferme pas pour autant. Un précédent
fameux a ouvert la voie il y a une trentaine d’années en arrière : après que lespesticides organochlorés, du type DDT, furent interdits par la législation américaine
et les états européens du club des «grands », ces insecticides poursuivirent leur
« carrière » en Afrique…


faut savoir que le cruiser et tout les neocotinoides sont des neurotoxique au propriété et effet ce rapprochant du gaucho.... donc ben voila a part les semences bio planter dans un champ non cultivé depuis 5 ans sera sain pour nos abeilles..le reste ben ça fait peur...

voir le lien suivant sur dailymotion: (en 6 partie)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ça fait froid dans le dos.

stefun
abeille nettoyeuse
abeille nettoyeuse

Masculin Nombre de messages : 485
Age : 35
ville et région : lot et garonne
Date d'inscription : 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par clem26 le Lun 10 Juin 2013, 23:26

Tres intéressante la vidéo, je me permets de relancer le sujet, est-ce que certains pensent mettre leurs zazas sur le tournesol cet été ?

J'avoue que c'est tentant mais avec tout ce que j'ai vu et entendu je me dis que c'est risqué. Je connais des petits paysans qui n'utilisent peut-être pas les graines enrobées (pas sur) si c'est le cas, quel autre risque y a t'il à part un traitement en cours de floraison ?

clem26
abeille nettoyeuse
abeille nettoyeuse

Masculin Nombre de messages : 283
Age : 25
ville et région : Romans-sur-Isere
Date d'inscription : 25/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par cecile37 le Lun 10 Juin 2013, 23:51

Je n'ai pas "prévu" de les mettre dans un champ de tournesol, mais comme cette année le temps a été pourri, le colza n'a pas poussé par chez moi. Du coup beaucoup de champs aux alentours ont été replantés en tournesol dont 3 rien qu'en face de chez moi.

cecile37
nymphe
nymphe

Féminin Nombre de messages : 50
Age : 39
ville et région : touraine
Date d'inscription : 30/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par L'amiral le Mar 11 Juin 2013, 14:08

On peut lire cette étude Suisse, trouvée sur un site par l'intermédiaire d'Anono:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le rapport est très complet (je ne l'ai lu qu'en diagonale pour le moment) mais on y trouve ceci:
"Les mortalités d’abeilles adultes recensées au moyen des trappes à abeilles mortes placées devant les ruches de «test» sont restées dans un ordre de grandeur normal (< 40 abeilles/jour).
On ne peut donc pas conclure à une toxicité aiguë des cultures de tournesol sur les abeilles adultes."

L'amiral
Donateur
Donateur

Masculin Nombre de messages : 1280
Age : 51
ville et région : Coligny (Ain)
Date d'inscription : 23/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par Michel52 le Mar 11 Juin 2013, 18:52

Bonjour,

Comme quoi, il peut y avoir des situations bien différentes:
Nos ruches qui démarrent le mieux cette année sont celle qui sont revenues du tournesol l'année dernière (le tournesol fleurit en fin de saison ici).
De plus, elles y ont fait de très belles récoltes sur le tournesol, 2 à 3 hausses chacune.

Michel

Michel52
Donateur
Donateur

Masculin Nombre de messages : 688
Age : 51
ville et région : Haute-Marne
Date d'inscription : 30/04/2013

http://www.lesrucherschampetres.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Miel de Tournesol

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum