Derniers sujets
» Lio le savoyard
Aujourd'hui à 22:57 par ofernand

» Ma recette de candi
Aujourd'hui à 22:56 par Cyril58

» Prestation de services
Aujourd'hui à 22:48 par jeuneapi

» rentrée de pollen en plein décembre
Aujourd'hui à 22:40 par rhinauer

» Elles hibernent...
Aujourd'hui à 22:29 par leclodion

» étude rucher combinant poulailler
Aujourd'hui à 22:06 par benoit25

» Cadres de hausses
Aujourd'hui à 21:57 par leclodion

» transhumance remorque
Aujourd'hui à 21:19 par RS12

» kit miellerie
Aujourd'hui à 20:37 par exnéoph35

» nourrir ?
Aujourd'hui à 18:57 par Piero8729

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Marque-page social
Conservez et partagez l’adresse de abeilles et apiculture sur votre site de social bookmarking

disparition des polenisateurs et agricultures.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par BINO-BONI le Mer 06 Mar 2013, 13:01

flexogreen a écrit:[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Un exemple personnel pour illustrer cela:
Un membre de ma famille me faisait remarquer que dans son exploitation (17) le rendement moyen en tournesol était de 35 Quintaux/ha il y a 30 ans, et il est de 32 aujourd'hui malgré la sélection génétique, la meilleure maîtrise des parasites et de meilleures pratiques culturales.

En regardant bien la situation de son village, on constate aujourd'hui:
- Disparition des haies (suite au remembrement réalisé il y a une dizaine d'années)
- Augmentation des surfaces moyennes des parcelles cultivées, donc moins de sentiers, de bordures ou autres surfaces non cultivées
- disparition des exploitation d'élevage
- Disparition des petites exploitation familiales dites de "polyculture - élevage"
- Développement de la surface des exploitations restantes, moins nombreuses et qui se sont spécialisées: céréales-maïs-tournesol.
En d'autres terme, cette petite région où se pratiquait depuis toujours une agriculture variée, même intensive à petite échelles, est devenue LA BEAUCE! Plus un arbre, pas d'oiseaux ce qui signifie pas d'insectes, donc pas de pollinisateurs.
EN fait, il y a une très forte probabilité que le plafonnement observé du rendement du tournesol dans ce cas, soit directement imputable à des facteurs "écologiques" (au sens scientifique du terme et non politique, qui est une mascarade clownesque ) dont les pollinisateurs occupent une part non négligeables.

Sans entrer dans un autre débat lié à l'intensification des cultures ou l'emploi des pesticides, l'évolution des structures de production, la dimension des exploitations et leur spécialisation ont causé un préjudice autrement plus lourd que d'autres problèmes dont on parle beaucoup mais qui restent à mon sens secondaires. On se trompe de débat parce que l'essentiel est ailleurs, D'ailleurs les journaleux, qui ne connaissent rien à rien ou les écolos-bobos-charlots sont à mille lieues de ces réalités de terrain.

Remèdes? Je n'en connais aucun pour l'instant!
-- Introduire des ruches dans ce contexte ne servira à rien, puisque c'est un problème de fond et plus général
--Revenir à des tailles d'epxloitation plus modestes et diminuer la spécialisation? Mais aucun agriculteur n'aura envie de revenir 50 ans en arrière!!! Les productions végétales commencent à gagner de l'argent depuis 2 ans et c'est tant mieux pour eux! La production laitière est moribonde, gourmande en main d'oeuvre et en investissements, et si on continue à ce train, elle disparaitra dans de nombreuses régions puisqu'aucun fils d'exploitation n'aura envie de faire des journées de plus de 12 heures 7 jours sur 7 et toucher moins que le SMIC!.
--Et ce n'est pas les débats stériles entre gens qui ne connaissent rien à la ruralité (et ils sont nombreux) qui changeront le cours des choses

Le pire est devant nous?
--

BINO-BONI
abeille nourrice
abeille nourrice

Masculin Nombre de messages : 692
Age : 65
ville et région : Gironde
Date d'inscription : 07/10/2012

http://www.imaginavigne.33480.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par mario le Mer 06 Mar 2013, 14:05

Chez nous même constat que chez toi BINO-BONI Les remèdes? replanter des haies ,plus d'herbicides le long des chemins,des bandes de plantes mellifères les remèdes existent il faut les mettre en place avec de la volonté on peut le faire ! sinon on parlera de nous au passé dans quelques années!

mario
abeille butineuse
abeille butineuse

Masculin Nombre de messages : 2088
Age : 57
ville et région : walincourt-Selvigny (Nord)
Date d'inscription : 23/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par pierrolefou le Mer 06 Mar 2013, 15:32

bonjour
Les premiers qui se sont apercu de l'impact des abeilles sur tournesol sont ceux qui ont les moissonneuses équipées de calculateur de rendements.
Chaque fois que la machine s'approche d'un rucher le calculateur indique une hausse de rendements.
C'est pour ça que pas mal de paysans qui le savent nous proposent des emplacements.
Au début j'avais trouvé bizarre.
a+

pierrolefou
abeille magasinière
abeille magasinière

Masculin Nombre de messages : 1432
Age : 59
ville et région : 47
Date d'inscription : 29/10/2009

http://Pierrolefou.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par Invité le Mer 06 Mar 2013, 17:32

BINO-BONI a écrit:

Un exemple personnel pour illustrer cela:
Un membre de ma famille me faisait remarquer que dans son exploitation (17) le rendement moyen en tournesol était de 35 Quintaux/ha il y a 30 ans, et il est de 32 aujourd'hui malgré la sélection génétique, la meilleure maîtrise des parasites et de meilleures pratiques culturales.

En regardant bien la situation de son village, on constate aujourd'hui:
- Disparition des haies (suite au remembrement réalisé il y a une dizaine d'années)
- Augmentation des surfaces moyennes des parcelles cultivées, donc moins de sentiers, de bordures ou autres surfaces non cultivées
- disparition des exploitation d'élevage
- Disparition des petites exploitation familiales dites de "polyculture - élevage"
- Développement de la surface des exploitations restantes, moins nombreuses et qui se sont spécialisées: céréales-maïs-tournesol.
En d'autres terme, cette petite région où se pratiquait depuis toujours une agriculture variée, même intensive à petite échelles, est devenue LA BEAUCE! Plus un arbre, pas d'oiseaux ce qui signifie pas d'insectes, donc pas de pollinisateurs.
EN fait, il y a une très forte probabilité que le plafonnement observé du rendement du tournesol dans ce cas, soit directement imputable à des facteurs "écologiques" (au sens scientifique du terme et non politique, qui est une mascarade clownesque ) dont les pollinisateurs occupent une part non négligeables.

Sans entrer dans un autre débat lié à l'intensification des cultures ou l'emploi des pesticides, l'évolution des structures de production, la dimension des exploitations et leur spécialisation ont causé un préjudice autrement plus lourd que d'autres problèmes dont on parle beaucoup mais qui restent à mon sens secondaires. On se trompe de débat parce que l'essentiel est ailleurs, D'ailleurs les journaleux, qui ne connaissent rien à rien ou les écolos-bobos-charlots sont à mille lieues de ces réalités de terrain.

Remèdes? Je n'en connais aucun pour l'instant!
-- Introduire des ruches dans ce contexte ne servira à rien, puisque c'est un problème de fond et plus général
--Revenir à des tailles d'epxloitation plus modestes et diminuer la spécialisation? Mais aucun agriculteur n'aura envie de revenir 50 ans en arrière!!! Les productions végétales commencent à gagner de l'argent depuis 2 ans et c'est tant mieux pour eux! La production laitière est moribonde, gourmande en main d'oeuvre et en investissements, et si on continue à ce train, elle disparaitra dans de nombreuses régions puisqu'aucun fils d'exploitation n'aura envie de faire des journées de plus de 12 heures 7 jours sur 7 et toucher moins que le SMIC!.
--Et ce n'est pas les débats stériles entre gens qui ne connaissent rien à la ruralité (et ils sont nombreux) qui changeront le cours des choses

Le pire est devant nous?
--

Ce que vous descriptivez là est exactement ce qui s'est passé dans ma région d'origine. la manche la creance...connus pour leur bocages, leurs champs de carottes, leurs chemins creux et leurs vaches, agneaux et chevaux remplacés par des champs de labour.
Les zones de petits maraichages se sont transformées en champs de maïs, les prairies des bords de mer se sont transformes en blés....à ras des galets.
J'ai voulu montrer certains oiseaux, insectes comme des lucioles, des criquets, des truites qui étaient légions quand j'avais 9 ans chez ma grand mère...j'en ai les larmes aux yeux et le cœur serré... tout a disparu...

Le pire c'est que l'érosion commence et je parie que dans moins de 10 ans ils vont s'apercevoir que tout l'humus gardé par le travail de plusieurs générations aura disparu en 10/15 ans et qu'il ne restera plus que des cailloux secs...

et des cailloux secs n'est ce pas pire que de revenir 60 ans en arrière ?


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par Invité le Mer 06 Mar 2013, 17:37

Je l'ai déjà dit mais c'est un peu utopique je sais et je me répète

1 an ou 2 sans ruches sur le colza et tournesol (transhumez en provence sur romarin et lavande)
en plus de ce que j'ai compris le colza pose des soucis d'essaimage sur l'accacia.

et tout le monde va vite changer de fusil d'épaule.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par Invité le Mer 06 Mar 2013, 17:51

guittatus a écrit:je l'ai deja dit mais c'est un peu utopique je sais et je me répète

1 ans ou 2 sans ruches sur le colza et tournesol (transhumez en provence sur romarin et lavande)
en plus de ce que j'ai compris le coza pose des souci d'essaimage sur l'accacia.

et tous le monde va vite changer de fusil d'épaule

ben moi je veux bien mais ca fait loin...

Sad

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par BINO-BONI le Jeu 07 Mar 2013, 00:32

guittatus a écrit:je l'ai deja dit mais c'est un peu utopique je sais et je me répète

1 ans ou 2 sans ruches sur le colza et tournesol (transhumez en provence sur romarin et lavande)
en plus de ce que j'ai compris le coza pose des souci d'essaimage sur l'accacia.

et tous le monde va vite changer de fusil d'épaule

J'ai connu le plateau de Valensole à l'age de 15 ans en 1962 il n'y avait que de la lavande et pas encore de blé dur. La récolte c'était 2 à 5 hausses de Varoise (pas de varoase Shocked ) par ruche.
Je crois que les choses ont bien changé aussi dans ce coin non? Sad Sad

BINO-BONI
abeille nourrice
abeille nourrice

Masculin Nombre de messages : 692
Age : 65
ville et région : Gironde
Date d'inscription : 07/10/2012

http://www.imaginavigne.33480.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par BINO-BONI le Jeu 07 Mar 2013, 00:47

Pour en revenir au sujet, le constat est général: le monde rural, l'environnement, les pratiques agricoles ont changé. Et tout cela va dans le sens opposé à ce qui serait bon pour les abeilles.
Un autre exemple: les bords des routes! C'est pas négligeable les bords de routes: 1 m x 2 côté ça fait 2000 m de surface enherbée au km de route, 1 ha de jachère tous les 5 km! Voilà une belle jachère naturelle!!!

Mais voilà....................

Autrefois les cantonniers passaient la faux après l'épiaison vers la fin juin car ils étaient occupés chez eux avant cette date! Aujourd'hui, on ne tond plus, on PASSE L'EPAREUSE à PARTIR DU MOIS DE MAI! Conclusion, toutes les plantes à fleurs ont disparu parce qu'elles sont fauchées avant leur floraison. Il ne reste que les graminées et des boutons d'or qui passent à travers. Regardez par exemple un bord de chemin peu ou pas fauché, dans un coin reculé et vous verrez la différence de population végétale! Et qui a pensé à cet aspect de la biodiversité si important? personne!
Et pourtant il suffirait de:
- Faucher après la fin juin et une autre fois fin septembre. ça c'est facile à faire et ca ne coûte rien! ALors parlez en au maire de votre commune!
- Remplacer les épareuses (qui massacrent les plantes, les insectes et toute la faune auxiliaire) par des faucheuses rotatives (non conditionneuses) ou à lame (section). évidemment il faut remplacer le matériel mais il faut aussi savoir que la vitesse d'avancement d'une faucheuse est au moins deux ou trois fois plus rapide qu'une épareuse! Donc ça coûte encore moins cher à l'exploitation!

Voilà des dispositions simples et peu coûteuses à faire comprendre et accepter par les élus! Les apiculteur pourraient eux aussi faire du lobbying auprès des maires de leurs communes non?


BINO-BONI
abeille nourrice
abeille nourrice

Masculin Nombre de messages : 692
Age : 65
ville et région : Gironde
Date d'inscription : 07/10/2012

http://www.imaginavigne.33480.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par Invité le Jeu 07 Mar 2013, 00:51

BINO-BONI a écrit:Pour en revenir au sujet, le constat est général: le monde rural, l'environnement, les pratiques agricoles ont changé. Et tout cela va dans le sens opposé à ce qui serait bon pour les abeilles.
Un autre exemple: les bords des routes! C'est pas négligeable les bords de routes: 1 m x 2 côté ça fait 2000 m de surface enherbée au km de route, 1 ha de jachère tous les 5 km! Voilà une belle jachère naturelle!!!

Mais voilà....................

Autrefois les cantonniers passaient la faux après l'épiaison vers la fin juin car ils étaient occupés chez eux avant cette date! Aujourd'hui, on ne tond plus, on PASSE L'EPAREUSE à PARTIR DU MOIS DE MAI! Conclusion, toutes les plantes à fleurs ont disparu parce qu'elles sont fauchées avant leur floraison. Il ne reste que les graminées et des boutons d'or qui passent à travers. Regardez par exemple un bord de chemin peu ou pas fauché, dans un coin reculé et vous verrez la différence de population végétale! Et qui a pensé à cet aspect de la biodiversité si important? personne!
Et pourtant il suffirait de:
- Faucher après la fin juin et une autre fois fin septembre. ça c'est facile à faire et ca ne coûte rien! ALors parlez en au maire de votre commune!
- Remplacer les épareuses (qui massacrent les plantes, les insectes et toute la faune auxiliaire) par des faucheuses rotatives (non conditionneuses) ou à lame (section). évidemment il faut remplacer le matériel mais il faut aussi savoir que la vitesse d'avancement d'une faucheuse est au moins deux ou trois fois plus rapide qu'une épareuse! Donc ça coûte encore moins cher à l'exploitation!

Voilà des dispositions simples et peu coûteuses à faire comprendre et accepter par les élus! Les apiculteur pourraient eux aussi faire du lobbying auprès des maires de leurs communes non?


Là ou je suis actuellement...

ils sèment des fleurs...le long de l'autoroute ... ça coute plein de sous sous à la collectivité; ça fait beau geste...

Mais quand c'est en fleur..ils coupent! Bande de tocards, va.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par BINO-BONI le Jeu 07 Mar 2013, 00:58

En fait ils sèment des fleurs qui n'attirent pas les abeilles! (cosmos, soucis, ezscholtzias, marguerites........) Shocked

C'est pour éviter de faire piquer les cantonniers !!! :nn:

BINO-BONI
abeille nourrice
abeille nourrice

Masculin Nombre de messages : 692
Age : 65
ville et région : Gironde
Date d'inscription : 07/10/2012

http://www.imaginavigne.33480.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition des polenisateurs et agricultures.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:04


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum