Derniers sujets
» le monde sans les abeilles
Aujourd'hui à 11:01 par Zubr

» Colonie abandonnée - Que faire
Aujourd'hui à 11:00 par verlhac

» Rucher sous haute tension
Aujourd'hui à 10:37 par verlhac

» Bonjour à tous
Aujourd'hui à 10:35 par jmb 24

» Projet d'amélioration de ruche
Aujourd'hui à 10:33 par Viamansilis

» Salut la compagnie!
Aujourd'hui à 09:50 par eul' riolu

» nouveau sur ce forum
Aujourd'hui à 09:00 par dacapa

» Mon actuelle trashumance sur les néfliers
Aujourd'hui à 03:10 par Gilcar

» faux bourdons
Aujourd'hui à 01:54 par eul' riolu

» de la fumée sans feu.
Aujourd'hui à 00:44 par eul' riolu

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Marque-page social
Conservez et partagez l’adresse de abeilles et apiculture sur votre site de social bookmarking

Sommeil des butineuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sommeil des butineuses

Message par bazikk le Mar 16 Aoû 2016, 15:03

Bonjour les Nahala

En effectuant quelques petites lectures, je tombe sur un sujet qui contredit cette manière de nourrir le soir.
 D'après des recherches effectuées sur les butineuses, il s'avère qu'elle dorment (se reposent) la nuit tombée afin de rassembler leur forces... alors que dans beaucoup de forums français il est conseillé de nourrir le soir car les abeilles ne dorment pas... et pourtant on peut bien voir que quand elles font la barbe... ces dernières ne fou*ent rien... et reste à l'extérieur à prendre l'air tout en se reposant d'une rude journée.....

Il s'avère même que si les butineuses ne prennent pas de repos le soir venu, elles risquent d'altérer leur mémoire de navigation.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

bazikk
larve
larve

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 31
ville et région : Marrakech
Date d'inscription : 20/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommeil des butineuses

Message par gvsv82 le Mar 16 Aoû 2016, 15:18

Le fait de conseiller de nourrir le soir, permet de limiter le risque de pillage.

Pourrais-tu donner les références de ce texte?

gvsv82
reine des abeilles
reine des abeilles

Masculin Nombre de messages : 1140
Age : 40
ville et région : caussade 82
Date d'inscription : 04/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommeil des butineuses

Message par bazikk le Mar 16 Aoû 2016, 15:37

Je sais que c'est pour limiter le pillage.... Moi je ne fais que partager les conclusions de cette recherche  (beyaert et al. 2012) qui démontrent que les abeilles butineuses doivent dormir sinon leur mémoire de navigation peut s'altérer.

bazikk
larve
larve

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 31
ville et région : Marrakech
Date d'inscription : 20/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommeil des butineuses

Message par gvsv82 le Mar 16 Aoû 2016, 15:50

Je ne remets nullement en cause ce que tu cites.
Le texte sur la photo reprend, entre autres, les recherches de Beyaert, je voulais donc juste savoir d'où était extrait le texte que tu as mis.

gvsv82
reine des abeilles
reine des abeilles

Masculin Nombre de messages : 1140
Age : 40
ville et région : caussade 82
Date d'inscription : 04/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommeil des butineuses

Message par bazikk le Mar 16 Aoû 2016, 15:58

Je ne sais pas comment poster des pdf.


Mais vous pouvez trouver sur google en tapant

The foraging behaviour of honey bees Apis mellifera.... Le pdf se nome comme ça avec beaucoup d'autres infos intéressantes.... comme les distances que parcourt chaque butineuse, etc .... les facteurs pris en comptes... etc


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par eul' riolu le Mer 17 Aoû 2016, 03:05, édité 2 fois (Raison : ajout lien pdf)

bazikk
larve
larve

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 31
ville et région : Marrakech
Date d'inscription : 20/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommeil des butineuses

Message par Anono le Mar 16 Aoû 2016, 16:48

Salut,

Merci pour le document!

Il faudrait plus de vulgarisation des ces articles, car il faut quand  même avouer qu'ils ne sont pas très digestes...

Anono

Anono
abeille nourrice
abeille nourrice

Masculin Nombre de messages : 823
Age : 34
ville et région : Namur - Belgique
Date d'inscription : 22/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommeil des butineuses

Message par moselle57 le Mar 16 Aoû 2016, 17:39

En traduction française il très compliqué de comprendre quelque chose.



Médecine vétérinaire,
59, 2014 (1): 1–10
Article de revue 1
Le comportement alimentaire des abeilles,
Apis mellifera
:
une critique : H.F. Abou-Shaara
Faculté d'Agriculture, Université Damanhour, Damanhour, Égypte
ABSTRAIT
:
Le comportement alimentaire est l'un des comportements distinctifs des abeilles mellifères, Apis mellifera.

. Ce comportement est le lien entre la colonie d'abeilles et de l'environnement ambiant. Par conséquent, différents dans la colonie et hors la colonie ces facteurs ont une incidence sur ce comportement, et de nombreuses études ont été utilisées pour enquêter sur celles-ci. Le comportement de butinage n'est pas avantageux seulement pour la colonie et pour la pollinisation des plantes, mais a aussi d'autres avantages. En revanche, certains inconvénients ont également été découverts liés à l'activité de butinage.
 Pratiquement, le contrôle sur ce comportement est très important de maximiser les produits de la colonie, ainsi que d'augmenter d'autres avantages agricoles.
Cet article présente une critique sur la recherche de nourriture, y compris l'activité; la régulation de la recherche de nourriture, les facteurs qui influent ce comportement, la préférence de recherche de nourriture, les variations entre les sous-espèces, les méthodes de surveillance ainsi que les méthodes possibles pour contrôler ce comportement.
Comme l'a conclu cet examen, plus besoins de travail à effectuer afin d'élucider certains aspects du comportement alimentaire.
Mots clés
:
colonies;
Apis mellifera
; en volant; ouvriers; éthologie
Contenu
1. Introduction
2. tâches butinage
3. Le temps de butinage
4. Distance Foraging
5. préférence Foraging
6. comportement alimentaire des sous-espèces d'abeilles
7. Facteurs affectant l'activité de recherche de nourriture
8. Suivi de l'activité butinage
9. Importance de l'activité butinage
10. Inconvénients de l'activité de recherche de nourriture
11. Contrôle de l'activité butinage
12. Conclusion
13. Remerciements
14. Références
1. Introduction
Dans des conditions de colonies normales, les abeilles butineuses sont des travailleuses avec un âge de plus de 21 jours au cours de ce temps, elles se déplacent pour effectuer des tâches hors colonie ou dedans, y compris l'eau, nectar, pollen ou collection de résine.
La division du travail et le changement de l'infirmière abeilles pour effectuer des tâches de recherche de nourriture ont été suggérées pour être impactées par des facteurs de colonies (Huang et Robinson 1996), des niveaux élevés du butinage gène (Amfor)
(Ben-Shahar et al., 2003) et / ou les variations de l'abondance de l'ARNm (Whitfield et al., 2003)
dans le cerveau de l'ouvrière. En outre, de nombreux autres facteurs ont suggéré un rôle clé dans le déplacement des abeilles ouvrières de tâches dans la colonie ou dehors. 
la recherche de nourriture est associée à un titre accru d'hormone juvénile (JH) des butineuses qui ne sont pas afectées par l'expérience de recherche de nourriture, mais par vari diurne ations (Elekonich et al., 2001). En outre, Schulz et al.(2002) ont trouvé des concentrations de octopamine supérieures dans les lobes antennaires du  cerveau des abeilles butineuses par rapport aux infirmières, quel que soit l'âge.
Ils ont aussi constaté que les changements dans l'octopamine sont modulés par l'hormone juvénile. L'âge plus précoce des activités de butinage commencement (passage à des tâches hors colonie) a été trouvé être affectés par l'insuline bovine traitement (Mott et Race 2012).
Dans une autre étude, et sous couvain réduit, élevage activité un retard en quête de nourriture commencement et la mort a été trouvée.
Article de revue
Médecine vétérinaire,
59, 2014 (1): 1–10
2
être associée à des niveaux accrus de vitellogénine
(Amdam et al., 2009).
En règle générale, les compétences de recherche de nourriture et le nombre de travailleuses butineuses sont augmentés avec l'âge (Dukas et Visscher 1994).
De plus, les abeilles butineuses ont des profils d'alcanes différents que les abeilles nourricières avec une plus grande quantité d'alcane qui peut aider les abeilles butineuses à manger les conditions ambiantes (Kather et al., 2011).
Encore d'autres études sont nécessaires pour élucider le mécanismes influençant le déplacement des abeilles nourricières à abeilles butineuses. Après le changement à la recherche de nourriture, une travailleuse commence une nouvelle partie de sa vie en dehors de la colonie en combinaison avec des tâches et de recherche de nourriture différentes les interactions avec l'environnement, comme expliqué dans les paragraphes suivants.
2. tâches de butinage
Les abeilles butineuses peuvent être classées en deux catégories; abeilles scouts qui recherchent la meilleure nourriture et ressources
et les abeilles réticentes qui attendent dans la ruche jusqu'à ce que les abeilles scouts retournent et leur donnent les informations sur la source de nourriture en dansant. Les abeilles réticentes, en général, la gamme de 40-90% de la population totale de butineuses (Nest et Moore 2012).
Cette organisation est importante pour économiser du temps et les efforts des butineuses. Liang et al.
(2012) ont constaté de nombreuses différences entre le miel scouts alimentaires des abeilles et les autres butineuses en ce qui concerne l'expression des gènes du cerveau, y compris des catécholamines, glutamate et la signalisation de l'acide aminobutyrique. 
Dans certaines conditions écologiques, une temporelle passe d'une activité butinage à dormir (sieste) peut se produire (Klein et Seeley 2011). La nuit de sommeil des abeilles butineuses est un sommeil très important et la nuit
la privation peut influer sur la mémoire de navigationdes abeilles (Beyaert et al. 2012).
Selon la ressource que les butineuses recueillent, l'activité-butinage peut être classée dans l'eau, nectar,
pollen ou butinage de résine. En de rares occasions, pour ces abeilles agées peuvent également recueillir la cire des cochenilles, ceroplastes. (Dimou et Thrasyvoulou 2007).
Le type de recherche de nourriture, que ce soit pour le pollen ou le nectar, est un trait de niveau de colonies ayant une composante génétique (Hunt et al., 1995), et est affectée par le génotype-souche des abeilles (Pankiw et al., 2002). En outre, ces tâches De Pend sur les décisions collectives et individuelles pour les abeilles agées. L'expérience préalable à un endroit d'alimentation joue un rôle lors de la recherche de nourriture collective (Fernandez et Farina 2005).
Pour plus de détails au sujet de la collecte-butinage des abeilles mellifères, voir Vries et Biesmeijer
(1998).
Dans cette publication, les auteurs ont développé un modèle basé sur les rôles de comportements individuels (par exemple, informations précédentes sur les sources alimentaires). Un autre facteur important pour le type de tâche de butinage est ses seuils de réponse CROSE. Pankiw et Page (2000) trouvé des différences entre les travailleuses du miel d'abeilles quant à leurs seuils de saccharose;
le seuil le plus bas a été trouvé dans les butineuses d'eau, puis butineuses, puis butineuses de nectar suivis par les butineuses à la fois pollen et de nectar.
Ces différences corrélées avec la division du travail des abeilles butineuses. Simone-Finstrom et al. (2010) ont constaté que les seuils de réponse des butineuses de résine ont été plus faibles que les butineuses de pollen. Ainsi, les travailleuses-abeilles avec des seuils de réponse de saccharose bas commencent à butiner être comporte pour l'eau et le pollen plus tôt et à un jeune âge que les travailleuses ayant une forte réponse au seuil de saccharose
qui se nourrissent de nectar (Pankiw, 2005).
La corrélation entre le comportement alimentaire et lesseuils de réponse de saccharose (comportement alimentaire
syndrome) a été examiné par Pankiw (2005). Le  seuil de réponse de concentration de sucrose est affecté
par l'élevage environnement (Pankiw et al., 2002) et répond positivement aux traitements d'insuline bovine
(Mott et Race 2012).
En outre, le changement de butineuses est lié aux conditions de la colonie et les butineuses utilisent leur expérience dans les contacts trophallactiques pour évaluer le  besoin en pollen de leurs colonies (Weidenmuller et
Tautz 2002). Sous la pénurie de pollen ou de conditions de mauvaise qualité du pollen, des colonies d'abeilles
augmenter la proportion des butineuses de pollen sans l'augmentation du taux de recherche de nourriture (Pernal et Currie 2010).
Le choix de recherche de nourriture entre le pollen (protéine) et nectar (sources d'hydrates de carbone) est influencée par au substrat récepteur insuline (IRS) comme démontré par Wang et al. (2010). Il semble que les tâches de recherche de nourriture sont sous le contrôle de nombreux facteurs et détaillés.
Les études sur ces facteurs sont nécessaires.
3. Le temps de butinage
Il est connu que l'activité de butinage de miel des abeilles est initié tôt le matin et finitions en soirée. Dans certaines études, les travailleuses ontcommencé à fouiller à 06h17 (Joshi et Joshi
2010) mais cette fois le début peut être grandement impacté par la région. Dans des conditions désertiques,
Alqarni (2006) a constaté qu'un nombre plus élevé de prospectrices ont quitté les colonies de 8 heures à 10 heures. En général, l'activité butinage fluctue au cours de la journée.
Médecine vétérinaire,
59, 2014 (1): 1–10

Article de revue 3
Depuis le matin jusqu'au soir. Reyes-Carrillo et al. (2007) ont trouvé collecte de pollen au début du matin, alors que de faibles quantités de pollen ont été recueillies dans l'après midi. Pernal et Currie (2010) ont rapporté
un taux de butinage plus élevé signifie l'après-midi période (36.02 butineuses / min) que pendant le matin
-
période ING (17,66 butineuses / min). Yucel et Duman (2005) ont constaté que les abeilles ont visité l'oignon en
fleurs de 8h15 à 16.30 h et le butinage de pointe se situait entre 11h00 à 12h00 h.
les exploratrices ont l'aptitude à mémoriser le moment de la journée à laquelle les ressources alimentaires plus élevés sont disponibles que l'on trouve avec Sysirinchium palmifolium  plantes (Silva et al. 2013) et une telle capacité peut en corrélation avec l'activité de butinage. En général, l'intervalle de recherche de nourriture normale au même site d'alimentation est inférieur à 5 min (Yang et al. 2008) et les abeilles passent des moments différents par fleur en fonction des espèces végétales. Le temps passé par fleur était de 6,92, 6,50 et 5,54 s pour le chou chinois, brocoli et kohlrabi, respectivement (Sushil et al. 2013). De nombreux facteurs peuvent influer sur ce butinage. L'activité (par exemple le début et de fin, l'intervalle de recherche de nourriture et les pics), comme expliqué dans les paragraphes suivants.

4. Distance Foraging
L'hypothèse de l'énergie qui suggère que les butineuses agées estiment la distance d'alimentation (ressource alimentaire) sur la base de l'énergie dépensée pendant le vol fourrager est maintenant considéré comme incorrect et un autre hypothèse basée sur des flux optique a été suggéré
(Esch et Burns, 1996).
Les deux hypothèses peuvent être considérées comme des explications intégrées dans la mesure où l'énergie dépensée au cours du vol, ainsi que la vitesse mouvement de l'image du sol reçue par la rétine sont toutes deux essentielles pour estimer la distance aussi bien que pour le calcul de la distance.
Les dis moyennes butinage tance pour une carnica était 1526.1 m tandis que les
distancesde butinage ING d'abeilles de pollen de collecte avaient une moyenne de 1743 m dans des paysages simples et 1543,4 m dans les paysages complexes (Steffan-Dewenter et Kuhn2003).
La moyenne des distances nourrissage pour les petites colonies de. mellifera  était de 670 m et larges colonies, il était de 620 m en Juillet, alors que les valeurs étaient 1430 m pour les petites colonies et 2850 m pour les grandes colonies. en Août
(Beekman et al., 2004). Hagler et al. (2011) ont constaté que la gamme de butinage des abeilles variait de 45 m à 5983 m.
Sous des conditions désertiques, les butineuses d'eau peuvent voler jusqu'à 2 km de leur colonies pour recueillir l'eau (Visscher et al., 1996).
Il semble que la distance de recherche de nourriture pour les colonies dans la même région est influencée par la race, la force de la colonie, la ressource alimentaire, le mois et l'heure de la journée.

5. préférence de butinage.
Les abeilles butineuses préfèrent la collecte de l'eau, nectar, le pollen ou d'une résine de certaines ressources par rapport aux autres.
Il existe de nombreux exemples de préférences de butinage;
seuls quelques exemples sont présentés ici. On a remarqué que les chercheuses d'eau à préférer les sources d'eau en continu que ceux stables ainsi que de grands récipients d'eau que les petits (Abou-Shaara 2012).
Aussi, les abeilles ont une préférence pour recueillir l'eau de certaines sources inhabituelles (par exemple de la bouse de vache) sur l'eau potable
(Butler 1940).
Les butineuses de nectar préfèrent parfois une source d'alimentation au-dessus de l'autre ainsi que la position spécifique d'une fleur sur un autre.
Sushil et al. (2013) ont constaté que les butineuses ont plus visité le brocoli suivi par le chou-rave et le chou chinois, enfin avec 6,05, 5,35 et 5,05 abeilles / plante, respectivement.
Mayer et Lunden (1988) ont trouvé plus de nectar sur le dessus des fleurs de cra Manchurian bapple que les  délicieuses pommes rouges.
Fohouo et al. (2008) onttrouvé le plus grand nombre de butineuses était sur le syzygium Guinée et le plus bas
numéro Psorospermum febrifugum
. Aussi, Weaver (1965) ont détecté des différences dans le miel de butinage un comportement sur vesce velue (
VICI vitlosa
 Roth) Flux
-
teurs; certaines abeilles ont utilisé la base de fleurs tandis que d'autres utilisent
la bouche de fleur. Les abeilles ont une préférence pour
pomme branches d'arbres situés au milieu des arbres
plutôt que pour les branches situées plus haut ou
inférieur (Mattu et al. 2012). De même, le pollen et de résine
butineuses préfèrent certaines ressources sur les autres. Plus
Des études sont nécessaires pour découvrir complètement la préférence
comportement des abeilles butineuses.
6. comportement de butinage des abeilles
sous-espèces
Les différences entre l'activité butinage comme le num
-
bre d'abeilles quittent les ruches ont été trouvées entre
trois sous-espèces d'abeilles; Yéménite, italien et
abeilles Carniolan, avec un courant alternatif de butinage supérieur
-
tivité du Yémen puis italienne et enfin carniolienne
les abeilles dans des conditions désertiques (Alqarni, 2006).
Aussi, Ali (2011) a révélé un taux de butinage plus élevé pour
abeilles yéménites que Carniolan abeilles
au cours de Juin et Août et au moniteur différent
-
ing fois; 6-7 h, 11-12 h et 4-5 h. le
Article de revue
Médecine vétérinaire,
59, 2014 (1): 1–10
4
same trend was found by Abou-Shaara et al. (2013),
où les abeilles yéménites avaient plus ac butinage
-
tivité que Carniolan abeilles sous désert con
-
conditions. En revanche, aucun impact clair de la race d'abeille était
trouvé pour ARS abeilles russes ou italiennes avec
ce qui concerne les pourcentages de butineuses de pollen ou
activité de vol (Danka et al., 2006). Les différences
entre l'activité alimentaire des abeilles subspe
-
CIES peuvent être expliquées en partie par les variations de
leurs caractéristiques morphologiques. Les abeilles avec grande
les ailes ont été signalés à avoir une meilleure capacité de vol
que les petits (Mostajeran et al., 2006). Higginson
et al. (2011) ont constaté que les abeilles avec des ailes endommagées
eu des voyages moins nourrissage et a volé plus près de la ruche
que celles qui sont saines. Des corrélations positives ont été trouvées
entre l'activité et la zone de butinage couvain operculé comme
well as bee number (Abou-Shaara et al. 2013). Also,
l'adaptation des sous-espèces d'abeilles à certains
les conditions environnementales peuvent influencer le pour
-
l'activité de vieillissement (Alqarni 2006). travailleurs Forager de
sous-espèces d'abeilles mellifères yéménites et Carniolan, sous
des conditions de laboratoire, ont montré des capacités différentes à
tolérer des températures différentes et humide par rapport
-
ity gradients (Abou-Shaara et al. 2012). However,
jusqu'à présent que relativement peu d'études ont été par
-
formée sur la sous-espèce d'abeilles.
7. Facteurs affectant l'activité de recherche de nourriture
Il y a beaucoup de facteurs qui peuvent influer sur la recherche de nourriture
activité. Ces facteurs peuvent être divisés en deux grandes
groupes: facteurs dans la colonie et les facteurs hors-colonie.
Le premier groupe (dans la colonie de facteurs) incluent: la reine
présence et cas (vierge ou accouplés). forag supérieur
-
ing activité avec moins collecte de pollen a été trouvé
dans les colonies dirigées par des reines vierges que les colonies
dirigé par les reines fécondées alors activ de nourrissage inférieurs
-
lité et la collecte de pollen ont été trouvés dans orpheline
colonies que dans les colonies avec une accouplés ou vierge
reine (Free et al., 1985b). En outre, l'activité est la recherche de nourriture
impacté par la force des colonies et du couvain ac élevage
-
tivity (Amdam et al. 2009; Abou-Shaara et al. 2013),
et le degré de pollen nécessaire (Weidenmuller et
Tautz 2002). Type Beehive a également un impact sur
l'activité butinage des abeilles mellifères (Abou-Shaara et
Al. 2013). L'infection des butineuses d'abeilles avec
les maladies et les parasites tels que
Nosema
sp. ou
var annonce
destructor
 peut conduire à l'incapacité des foragers à
retourner dans leurs colonies ou l'augmentation du temps pour revenir
(Kralj et Fuchs 2006; Kralj et Fuchs 2010). le
génotype de souches d'abeilles (par exemple haut et bas
abeilles pollen thésaurisation) butinage fortement affectée
le comportement de nectar ou de pollen (Pankiw et al.
2002). L'héritage de haute pollen thésaurisation
comportement est un trait récessif contrairement au miel stockage
comportement, ce qui représente un schéma plus dominante
(Page et al. 1995). Beside these factors, ovariole
nombre peut influencer la collecte de nectar par le miel
travailleurs d'abeilles (Siegel et al. 2012).
En ce qui concerne les facteurs hors-colonie, la disponibilité
des ressources végétales adaptées a un grand impact sur
butinage activité, et les abeilles butineuses ont un préfèrent
-
rence pour certaines ressources sur les autres (voir, préfèrent
-
rence des abeilles paragraphe miel). De plus, Fulop
et Menzel (2000) a constaté que le volume de récompense
(Par exemple une solution de saccharose ou de nectar) a un impact sur
butinage activité et que les abeilles peuvent percevoir la
montant de la récompense de la source d'alimentation.
En ce qui concerne les facteurs environnementaux 
influence butinage activité,
A. mellifera
 abeilles étaient
observé pour commencer leur activité de recherche de nourriture à
la température ambiante avec une moyenne de 6,57
°C
  (Ta n  
et al. 2012) alors que dans une autre étude cette valeur était
jugée 16
°C
(Joshi et Joshi 2010). à la température ambiante
des températures d'environ 20
°C,
 l'activité la plus élevée était
enregistrée (Tan et al. 2012) tout en 43
°C
 le bas
-
est foraging activity was found (Blazyte-Cereskiene
et al. 2010) ainsi égale ou inférieure à 10
°C
 (Joshi et
Joshi 2010). En outre, une correlation négative significative
-
tion (
r
 = -0,09) A été trouvé entre l'activité butinage
and temperature (Abou-Shaara et al. 2013). Thus, it
est prévu que l'activité de recherche de nourriture est influencée pas
-
sivement par une température élevée que l'on trouve par Cooper
et Schaffer (1985) avec butineuses. En revanche,
humidité relative avait moins d'effet sur le vol ac
-
tivité (Joshi et Joshi 2010). D'autres investigations
sont nécessaires afin d'élucider ces phénomènes.
On a également constaté que d'autres facteurs environnementaux
peut avoir un impact sur l'activité butinage. Collins et
Al. (1997) ont constaté aucun impact de l'énergie solaire ultraviolet-B
(UV-B) sur l'activité butinage des abeilles sur
deux espèces de moutarde,
Brassica nigra
 et
B. rapa
cultivées dans des conditions contrôlées. cependant, 
Mattu et al. (2012) ont rapporté que l'altitude influ
-
commencement butinage tionnés et le temps de l'arrêt,
la durée de la recherche de nourriture et de l'activité voyages ainsi que
le nombre de fleurs visitées par minute. Plus loin,
Sharma et Kumar (2010) ont trouvé un effet négatif
d'un champ électromoteur sur le comportement alimentaire.
Étonnamment, l'échappement diesel peut diminuer le pour
-
vieillissement de l'efficacité des travailleurs d'abeilles en réduisant
la capacité des abeilles ouvrières à reconnaître les odeurs florales
(Girling et al. 2013).
Médecine vétérinaire,
59, 2014 (1): 1–10
Article de revue
5
comportement alimentaire peut également être influencé par natu
-
ennemis ral des abeilles mellifères. Au Royaume-Uni Kirk
et al. (1995) ont constaté que le dendroctone du pollen
Meligethes
bronze
 (Nitidulidae) a influencé la recherche de nourriture behav
-
portement des abeilles sur les fleurs de colza: butineuse
les abeilles préfèrent des fleurs complètement ouvertes sans coléoptères sur
leur. une activité de recherche de nourriture peut également être affectée par la
présence de prédateurs (par exemple) et frelons une réduction
dans les visites butinage de 55-79% et des temps de séjour
par 17-33% a été précédemment rapporté (Tan et al. 2013).
En outre, la présence de guêpiers impacté passivement
sur l'activité butinage (Ali et Taha 2012).
Insecticides peuvent également influer sur le comportement alimentaire.
Yang et al. (2008) les effets des doses sublétales rapporté
de l'imidaclopride sur le comportement alimentaire de miel
les abeilles qui manifestent un retard dans leur visite à la
site d'alimentation. Le délai dépend de la imidaclo
-
prid concentration. Schneider et al. (2012) found a
la réduction significative de l'activité de recherche de nourriture, ainsi que
plus des vols de recherche de nourriture à des doses de deux néonicotinoïde
des insecticides; 0,5 ng / abeille ou plus pour clothianidine et
1,5 ng / abeille ou plus pour l'imidaclopride, au cours de la première
3 h après le traitement. En revanche, la présence de rési
-
cotisations dans le nectar et le pollen de colza et
maïs en raison du traitement des semences avec thiamethoxam
a été signalé pour représenter un faible risque pour les abeilles
(Pilling et al. 2013). Plus d'enquêtes sur ces
facteurs sont nécessaires de toute urgence d'autant plus que le néon
-
ictinoids sont si largement utilisés.
D'autres facteurs peuvent également avoir un impact sur forag
-
ing comportement. Par exemple, la distance était butinage
trouvé d'être affecté par le temps de l'année (Steffan-
Dewenter and Kuhn 2003; Beekman et al. 2004).
Pearce et al. (2013) ont constaté aucun effet considérables
de déplacer les ruches de leur emplacement à un autre
emplacement aussi loin que 26 km de leur site d'origine sur
abeille de recherche de nourriture. Sushil et al. (2013),
Pendant ce temps, a constaté que les butineuses ont passé moins de temps dans
une fleur dans des conditions ouvertes que dans la maison nette
conditions. Brittain et al. (2013) ont observé altera
-
tions dans le miel d'abeille butinage comportement en Californie
vergers d'amandiers en raison de la présence d'autres abeilles
communautés d'espèces. Picard-Nizou et al. (1995)
trouvé aucun effet de colza (
Brassica napus
 L .)
génétiquement modifiée par l'introduction d'un chi
-
tinase gène pour améliorer la résistance à la maladie sur la
comportement alimentaire des abeilles (
Apis melli-
fera
L.). En général, le temps de l'année, les pres
-
rence des autres espèces d'abeilles et les conditions d'études
devraient être prises en considération dans l'étude de pour
-
vieillissement de comportement. Il est clair que, par ailleurs, d'autres études
sur des plantes génétiquement modifiées sont nécessaires.
8. Suivi de l'activité butinage
l'activité de butinage est mesurée en utilisant dif
-
paramètres diffé- y compris, le butinage com
-
commencement et / ou le temps d'arrêt (Joshi et Joshi
2010; Mattu et al. 2012; Tan et al. 2012); le nombre
des abeilles retournant à la ruche (Beekman et al.
2004; Pernal et Currie 2010; Ali 2011) ou à la sortie
beehives (Alqarni 2006) or both (Abou-Shaara et
Al. 2013); le pic et les fluctuations de butinage sur
temps (Malerbo-Souza 2011); la vitesse et la recherche de nourriture pour
-
vieillissement distance (Steffan-Dewenter et Kuhn 2003);
ou l'estimation de la distance butinage par décodage
la danse frétillante (Pearce et al. 2013).
D'autres paramètres liés à l'activité et la recherche de nourriture
la visite des plantes comprennent, le nombre de forag
-
teurs par fleur (Sushil et al 2013.); le nombre de
fleurs visitées par butineuse (Mattu et al 2012.); et
le temps passé par fleur (Sushil et al 2013.); nectar
et la méthode de collecte de pollen des fleurs
(Mackenzie 1994); la position des abeilles butineuses
sur ou à côté de la fleur (Mayer et Lunden
1988; Mattu et al. 2012); la position des visiteurs
branches et de fleurs (Mattu et al 2012).; pro
-
partie de pollen ou de nectar butineuses par rapport à la
-
butineuses tal; Type butinage; la charge de pollen et de
type de pollen; concentration de cultures nectar de saccharose
(Pearce et al 2013.); et la concurrence avec d'autres
pollinisateurs (Mackenzie 1994;. Brittain et al 2013).
En outre, certaines études surveillent l'activité butinage non
-
der net conditions (Sushil et al. 2013). Marking
et reprendre les travailleurs butineuses a été utilisé
dans certaines études (Akinwande et Badejo 2009).
Hagler et al. (2011) utilisés dispositifs d'auto-marquage pour
étudier la gamme butinage des abeilles sur un
semences de luzerne de champ de production. Colin et al. (2004)
mis au point une méthode pour quantifier les ac butinage
-
tivité de petites colonies d'abeilles mellifères confiné
dans insect-proof tunnels en utilisant l'enregistrement vidéo.
Pollen activité de recherche de nourriture peut être contrôlée avec
pièges à pollen (Reyes-Carrillo et al., 2007). Dans certaines
des études, on a étudié le sirop taux fourrager (par exemple
Paleolog 2009). Radar harmonique peut aussi être utilisé
à enregistrer les trajectoires de vol de butinage abeille
travailleurs (Riley et Smith 2002;. Riley et al, 2007).
Un protocole standard pour la recherche de nourriture de surveillance soit
-
comporte- a été présenté par Scheiner et al. (2013)
et d'autres protocoles pour l'étude de la pollinisation des plantes
par le miel des abeilles ont été rapportés par Delaplane et al.
(2013). Toutefois, en fonction des objectifs
une étude donnée, l'un des mentionné précédemment
les paramètres peuvent être utilisés.
Article de revue
Médecine vétérinaire,
59, 2014 (1): 1–10
6
Au cours de la surveillance de l'activité butinage il
sont quelques facteurs importants qui devraient être prises
en considération notamment, la force égale
des colonies d'abeilles étudiées en particulier le nombre
du couvain et de pollen cadres; la présence d'un
maladies dans les colonies étudiées; le moment de la journée
et l'année; la température et l'humidité relative, ainsi
comme la présence de concurrents d'abeilles ou de prédateurs.
les abeilles butineuses peuvent être collectées à partir de la ruche en
-
trance en utilisant une pince en face des colonies
ainsi que l'utilisation d'un aspirateur (Yucel et Duman 2005).
En outre, des dispositifs spécifiques (par exemple, Bee scan) peuvent être utilisés
pour compter les abeilles butineuses (Scheiner et al. 2013).
9. Importance de l'activité butinage
A côté de l'importance fondamentale de l'activité butinage
pour les colonies d'abeilles dans la collecte de pollen, nectar,
l'eau et de la résine, il existe de nombreux rapports de son im
-
portance pour la pollinisation des plantes (par exemple, Young et al., 2007)
en particulier pour les plantes où les abeilles sont l'amorce
pollinisateur. Un grand nombre d'espèces ont été trouvés
être des plantes pollinisés par les abeilles mellifères y compris, corymbe
myrtille; pommes et les poires; amandes; Cantaloup;
variétés de colza; et d'autres (par exemple Boylan-Pett et al. 
1991; Mayer et Lunden 1988; Reyes-Carrillo et al.
2007; Blazyte-Cereskiene et al. 2010). Dans une étude réalisée par
Sushil et al. (2013) abeilles domestiques se sont révélés avoir une
rôle clé dans l'augmentation de la production de semences de trois
cultures: le brocoli, le chou-rave et le chou chinois. Aussi,
une augmentation de la qualité des semences et la quantité de sur
-
ion,
Allium cepa,
cultiver Valencia
a été trouvé (Yucel
and Duman 2005). Mishra et al. (2013) found other
avantages en plus de la pollinisation doivent être médiés par forag
-
teurs; à savoir le dépôt d'azote (dans les matières fécales) sur
plantes pendant les visites. Ils ont trouvé environ 2,27 à 2,69 g
azote par mois que le taux de production moyen
abeille chiures par une colonie 5000-bee. abeilles butineuses ont aussi
la possibilité de distribuer certains agents de biocontrôle dans
-
Y COMPRIS
Erwinia herbicola
 Eh252 du feu bactérien sur
fleurs de pomme, ainsi que sur des fleurs nashi (Cornish et
Al. 1998). Afin de maximiser le bénéfice des abeilles butineuses dans
propagation des agents biocontrôle, une nouvelle haute performance
‘Triwaks’ dispenser was developed (Bilu et al. 2004).
L'activité de recherche de nourriture des abeilles est très important
comme bioindicateur pour les études indirectes de l'environnement
la contamination par des pesticides (par exemple Balayiannis et
Balayiannis 2008). Les abeilles butineuses peuvent même être formés
en utilisant l'extension du proboscis conditionné réflexe pour la
détection de TNT. L'activité de recherche de nourriture des abeilles
a également été utilisé pour aider à planter moniteur de floraison
espèces dans une région. butineuses peuvent également être utilisés dans
l'identification de l'infestation parasitaire (par exemple, les mouches des fruits;
Chamberlain et al. 2012). Les apiculteurs peuvent bénéficier de
le comportement alimentaire de leurs colonies en fixant pol
-
pièges len ou les conseils de collecte de venin devant des ruches
pour recueillir le pollen ou le venin d'abeille, respectivement.
Comportement alimentaire a également une importance dans com
-
la science informatique. On sait que les abeilles butineuses peuvent soi
-
tionner leurs sources de nourriture d'une manière optimale, bien que
de nombreuses ressources alimentaires peuvent être disponibles (Thuijsman
et al. 1995). Ainsi, le comportement de recherche de nourriture et de miel d'abeille
compétences liées à scouting alimentaire et collection (Swarm
intelligence) a été utilisé en informatique pour résoudre
de nombreux problèmes d'optimisation. Swarm intelligence
actuellement un important domaine en Intelligence Artificielle
(Kumar et Govindaraja 2013). Sac ET Rasheed 
(2007) ont présenté un algorithme basé sur l'essaim
-
tion des abeilles mellifères appelé Honey Bee butinage (HBF),
qui ils ont proposé comme utiles pour multimodal et
dynamiques problèmes d'optimisation de la nature.
10. Inconvénients de l'activité de recherche de nourriture
Malgré la grande importance de la recherche de nourriture behav
-
portement il y a aussi quelques inconvénients associés
avec cette activité. Miel d'abeilles butineuses sont en mesure de
transmettre les bactéries
Erwinia amylovora
,
la cause
du feu bactérien des pommes et des poires (Keitt 1941). Aussi,
que l'on trouve par Boylan-Pett et al. (1991) butineuses
jouer un rôle clé dans la transmission et la propagation de
virus de pollen origine myrtille feuilles marbrure (BBLMV).
Ce virus a la capacité de rester à l'intérieur infectieux
colonies d'abeilles pendant au moins 10 jours. Les abeilles
sont des pollinisateurs pas efficaces de certaines plantes; pour ex
-
ample, Mackenzie (1994) a constaté que les bourdons
étaient mieux que les abeilles dans la pollinisation de canneberge
(
Vaccinium macrocarpon
 Ait). Bee-to-bee contact
peut également entraîner la transmission des parasites des abeilles
d'une butineuse à l'autre.
Par ailleurs, les abeilles
peuvent transmettre différentes espèces d'acariens de plantes à
plante ou même à leurs colonies.
Foragers peuvent également col
-
tionner le pollen toxique de certaines espèces végétales et
stocker ensuite ces pollens dans leurs colonies
avec des conséquences néfastes pour la santé de la colonie.
11. Contrôle de l'activité butinage
Il a été trouvé que le traitement avec certaines
les produits chimiques peuvent améliorer l'activité butinage. Pankiw
(2004) ont constaté, en utilisant une plaque de verre con suspendue
-
Médecine vétérinaire,
59, 2014 (1): 1–10
Article de revue
7
synthétique contenant la phéromone de couvain dans l'isopropanol
que les colonies traitées avec cette engeance phéromone
avaient des ratios plus élevés de pollen pour les butineuses non-pollen
entrer colonies 1 h après le traitement. Mott et
Race (2012) a constaté que les traitements d'insuline bovine
augmenté le seuil de re sucrose des abeilles
-
ponse et une baisse significative de l'âge auquel
recherche de nourriture a commencé pour les travailleurs de l'hiver
les abeilles et les infirmières d'été des abeilles, respectivement. Aussi,
Schulz et al. (2002) ont trouvé un commence plus tôt
-
ment de butinage chez les jeunes abeilles dans les colonies traitées
avec octopamine. En outre, la pollinisation me
-
rayonnée par les abeilles,
A. mellifera
, peut être amélioré
par la présence d'autres espèces d'abeilles dans les vergers
que l'on trouve par Brittain et al. (2013) en Californie al
-
vergers mond. En outre, l'utilisation de modification
beehives as demonstrated by Abou-Shaara et al.
(2013), peut améliorer l'activité butinage.
En revanche, gratuit et al. (1985a) a constaté que traiter
-
ment de colza, féveroles et de tournesol
têtes avec 2-heptanone et de l'acétate d'isopentyle 
(miel phéromones d'alarme d'abeille) ont été répulsifs à
butineuses d'abeilles. Kirk et al. (1995) ont constaté que
la simulation des coléoptères adultes en utilisant des taches noires
sur des pétales de fleurs dissuadés miel nectar-butinage
les abeilles de se poser sur les fleurs. En outre, certains
les pesticides sont répulsif pour les abeilles.
12. Conclusion
Bien que l'importance de l'activité butinage
est généralement reconnu, l'activité de recherche de nourriture dans certains
miel sous-espèces d'abeilles ne sont pas encore élucidés.
D'autres études sont nécessaires à la fois dans la colonie
Les facteurs et hors colonies qui affectent activ fourrager
-
lité. En outre, les méthodes possibles pour réduire le
l'impact de l'activité passive de recherche de nourriture sur les plantes et
leurs colonies doivent être étudiées.
13.
EMERCIEMENTS
Je tiens à remercier Prof. Dr. Greg J. Hunt 
(Département d'entomologie, Université Purdue,
USA) pour ses commentaires utiles sur le manuscrit.
14. Références
Abou-Shaara HF (2012): Notes sur la collecte de l'eau par
abeilles mellifères. Bee World 89, 50-51.
Abou-Shaara HF, Al-Ghamdi AA, Mohamed AA (2012):
Tolérance de deux races d'abeilles à divers tempera
-
ture et les gradients d'humidité relative. écologique
et biologie expérimentale 10, 133-138.
Abou-Shaara HF, Al-Ghamdi AA, Mohamed AA (2013):
colonies d'abeilles Miel jeu en fonction d'améliorer par le nouveau
ruchers modifiés. Journal of Apicultural Sciences 57,
45–57.
Akinwande KL, Badejo MA (2009): Effet de artificielle
modification de l'activité d'alimentation de non-butinage
et la recherche de nourriture des abeilles ouvrières (Apis mellifera L. adansoni)
(Hymenoptera: Apidae) sur le miel et un peigne produc
-
tion. Journal of Applied Sciences Research 5, 780-784.
Ali MAM (2011): Etude comparative pour évaluer deux
courses abeille, Apis mellifera jementica (indigène
course) et Apis mellifera carnica (course carniolienne) en
la production de couvain, le développement de la population et forag
-
ment l'activité dans les conditions environnementales de la
région centrale du Royaume d'Arabie Saoudite. Annales
des sciences agricoles 56, 127-134.
Ali MAM, Taha EA (2012): les oiseaux Bee-manger (Coracii
-
formes: Méropidés) réduire vierge abeille reine
la survie lors de l'accouplement des vols et d'alimentation de l'activité
abeilles (Apis mellifera L.). international Journal
de la recherche scientifique et d'ingénierie 3, 1-8.
Alqarni AS (2006): Tolérance de la température d'été
importé et abeille indigène Apis mellifera L.
Courses dans le centre de l'Arabie Saoudite. Arabie Journal of Bio
-
Sciences logiques 13, 123-127.
Amdam GV, Rueppell O, Fondrk MK Page RE, Nelson CM
(2009): L'infirmière
'
s la charge: l'exposition précoce à la vie des couvées
l'élevage influe sur le comportement et la durée de vie des abeilles domestiques (Apis
mellifera). Experimental Gerontology 44, 447-452.
Baig AR, Rashid M (2007): l'algorithme de recherche de nourriture Abeille
pour des problèmes d'optimisation multimodales et dynamiques.
Actes du 9
et
 Conférence annuelle sur génétique
et Evolutionary Computation, Juillet 7-11 United
Royaume.
Balayiannis G, Balayiannis P (2008): Bee miel comme
bioindicator environnementale de l'occurrence de pesticides
dans six zones agricoles de la Grèce. Archives de Envi
-
environnemen- Contamination and Toxicology 55, 462-
470. DOI: 10.1007 / s00244-007-9126-x
Beekman M, Sumpter DJT, Seraphides N, Ratnieks FLW
(2004): En comparant le comportement alimentaire des petites et
grandes colonies de miel d'abeilles en décodant danses Waggle
faite par butineuses. Ecologie fonctionnelle 18, 829-835.
Ben-Shahar Y, Leung HT, Pak WL, Sokolowski MB,
Robinson GE (2003): les changements cGMP-dépendants dans
phototaxie: un rôle possible pour le gène butiner dans
miel division d'abeilles du travail. Journal of Experimental
Biologie 206, 2507-2515.
Article de revue
Médecine vétérinaire,
59, 2014 (1): 1–10
8
Beyaert L, Greggers U, Menzel R (2012): Honeybees
consolider la mémoire de navigation pendant le sommeil. Journal
of Experimental Biology 215, de 3981 à 3988. DOI: 10,1242 /
jeb.075499
Bilu A, Dag A, Elad Y, Shafir S (2004): Miel dis d'abeilles
-
persal des agents de biocontrôle: une évaluation de dispens
-
dispositifs ing. Biocontrol Science and Technology 14,
607–617.
Blazyte-Cereskiene L, Vaitkeviciene G, Venskutonyte S,
Buda V (2010): Abeille butinage au printemps oléagineux
les cultures de colza sous haute température ambiante condi
-
tions. Zemdirbyste-Agriculture 97, 61–70.
Boylan-Pett W, Ramsdell DC, Hoopingarner RA, Han
-
cock JF (1991): comportement alimentaire Honeybee, en ruche
la survie des maladies infectieuses, myrtille feuille de pollen origine
virus de la marbrure et la transmission du virus dans trilobée
myrtille. Phytopathology 81, 1407-1412.
Brittain C, Williams N, Kremen C, Klein AM (2013):
Effets synergiques d'abeilles non-Apis et les abeilles
pour les services de pollinisation. Actes du Roal Alors
-
ciété B 280, 20122767. DOI: 10,1098 / rspb.2012.2767
Butler CG (1940): Le choix de l'eau potable par la
abeille. Journal of Experimental Biology 17, 253-261.
Chamberlain K, Briens M, Jacobs JH, Clark SJ, Pickett
JA (2012): Utilisation des abeilles (Apis mellifera L.) à
détecter la présence de la mouche méditerranéenne des fruits (Cera
-
titis capitata Wiedemann) larves dans les oranges Valencia.
Journal of the Science of Food and Agriculture 92,
2050-2054. DOI: 10.1002 / jsfa.5742
Colin ME, Bonmatin JM, Moineau I, Gaimon C, Brun S,
Vermandere JP (2004): Une méthode pour quantifier et ana
-
lyser l'activité butinage des abeilles: pertinence
les effets sublétaux induits par les insecticides systémiques.
Archives de contamination de l'environnement et Toxicol
-
logie 47, 387-395. DOI: 10.1007 / s00244-004-3052-y
Collins SA, Conner JK, Robinson GE (1997): butinage
comportement des abeilles (Hymenoptera: Apidae) sur
Brassica nigra et B. rapa cultivées sous h simulée
-
bient et l'intensification du rayonnement UV-B. Annales de la
Entomologie Society of America 90, 102-106.
Cooper PD, Schaffer WM (1985): Température regula
-
tion des abeilles (Apis mellifera) butinage dans la
désert de Sonora. Journal of Experimental Biology 114,
1–15.
Cornish DA, Voyle MD, Haine HM, Goodwin RM, Van
-
neste JL (1998): Répartition des bactéries bénéfiques sur
nashi et fleurs de pommiers en utilisant les abeilles. Procédure
51
st
 Conférence sur la protection des végétaux en Nouvelle-Zélande,
107–111.
Danka RG, Sylvester HA, Boykin D (2006): Environmen
-
influences mentales sur l'activité de vol de l'USDA-ARS Russie
et les stocks italiens des abeilles mellifères (hyménoptères: api
-
dae) pendant la pollinisation d'amande. Journal of Economic
Entomologie 99, 1565-1570.
Delaplane KS, Dag A, Danka RG, Freitas BM, Garibaldi
LA, Goodwin RM, Hormaza JI (2013): norme meth
-
ods pour la recherche sur la pollinisation avec Apis mellifera. Journal
de Apicultural recherche 52. DOI: 10,3896 / IBRA.1.52.4.12
Dimou M, Thrasyvoulou A (2007): Collection de cire
échelle (Ceroplastes sp.) par l'abeille Apis mellifera.
Journal of Apicultural Research 46, 129.
Dukas R, Visscher PK (1994): Durée de vie d'apprentissage par forag
-
ing abeilles. Comportement animal 48, 1007 à 1012.
Elekonich MM, Schulz DJ, Bloch G, Robinson GE (2001):
les niveaux d'hormones juvéniles dans le miel d'abeille (Apis mellifera
L.) butineuses: l'expérience et la recherche de nourriture variation diurne.
Journal of Insect Physiology 47, 1119-1125.
Esch HE, Burns JE (1996): Distance estimation by forag
-
ing abeilles. Journal of Experimental Biology 199,
155–162.
Fernandez PC, Farina WM (2005): nectar Collectif pour
-
le vieillissement dans des conditions de faibles récompenses chez les abeilles Apis mel
-
lifera. Apidologie 36, 301-311.
Fohouo FT, Djonwangwe D, Bruckner D (2008): butinage
le comportement de l'abeille africaine (Apis mellifera adan
-
Sonii) sur Annona senegalensis, Croton macrostachyus,
Psorospermum febrifugum et Syzygium Guinée
var. fleurs guinéennes à Ngaoundere (Cameroun). Pennsylvanie
-
cercueil Journal of Biological Sciences 11, 719-725.
JB gratuit, JA Pickett, Ferguson AW, Simpkins JR, Smith MC
(1985a): répulsive butinage des abeilles avec alarme pher
-
omones. Journal of Agricultural Sciences 105, 255-260.
JB gratuit, Ferguson AW, Simpkins JR (1985b): Influence
des abeilles reines vierges (Apis mellifera) sur la reine
l'élevage et la recherche de nourriture. Physiological Entomology 10,
271–274.
Fulop A, Menzel R (2000): la recherche de nourriture risque indifférente être
-
comporte- chez les abeilles. Comportement animal 60, 657-666.
Girling RD, Lüsebrink I, Farthing E, Newman TA, Poppy
GM (2013): Diesel échappement se dégrade rapidement floral
les odeurs utilisées par les abeilles. Rapports scientifiques 3, 2779.
DOI: 10.1038 / srep02779.
Hagler JR, Mueller S, Teuber LR, Machtley SA, Van Dey
-
nze A (2011): gamme de butinage des abeilles mellifères, Apis mel
-
lifera, dans les champs de production de semences de luzerne. Journal of
Insecte Science 11, 144; disponible en ligne: insectscience.
org / 11144.
Higginson AD, CJ Barnard, Tofilski A, Medina L, Rat
-
nieks F (2011): les dommages de l'aile expérimentale affecte
butinage effort et la recherche de nourriture distance abeilles
Apis mellifera. Psyché 2011. DOI: 10,1155 / 2011/419793.
Huang ZY, Robinson GE (1996): Règlement de miel d'abeille
division du travail par la démographie de l'âge de la colonie. Behavio
-
ral Ecologie et sociobiologie 39, 147-158.
Médecine vétérinaire,
59, 2014 (1): 1–10
Article de revue
9
Hunt GJ Page RE, Fondrk MK, CJ Dullum (1995): Major
trait quantitatif loci affecte le miel d'abeille butinage être
-
portement. Génétique 141, 1537 à 1545.
Joshi NC, Joshi PC (2010): le comportement de butinage d'Apis
Spp. sur les fleurs d'Apple dans un environnement subtropical.
New York Science Journal 3, 71-76.
Kather R, Driftwood FP, Martin SJ (2011): dif groupe Task
-
férences en lipides cuticulaires dans le miel d'abeille Apis mel
-
lifera. Journal of Chemical Ecology 37, 205-212.
Keitt GW (1941): Transmission du feu bactérien par les abeilles et
sa relation avec la concentration de nectar de pomme et de poire
fleurs. Journal of Agricultural Research 62, 745-775.
Kirk WDJ, Ali M, Breadmore KN (1995): Les effets de la
méligèthes sur le comportement alimentaire des abeilles.
Journal of Apicultural 34 Research, 15-22.
Klein BA, Seeley TD (2011): le travail ou le sommeil? Abeille
butineuses sieste opportuniste pendant la journée quand
fourrage ne sont pas disponibles. Comportement animal 82, 77-83.
Kralj J, Fuchs S (2006): les acariens parasites Varroa destructor
influence la durée du vol et de la capacité de ralliement des infestée
butineuses Apis mellifera. Apidologie 37, 577-587.
Kralj J, Fuchs S (2010): Nosema sp. influences vol être
-
portement des abeilles infectées (Apis mellifera) de butineuses.
Apidologie 41, 21-28.
Kumar SS, Govindaraj M (2013): Une étude détaillée sur
comportement alimentaire de la colonie d'abeilles artificielle (ABC) et son
extensions. International Journal of Engineering and
La technologie 5, 992-997.
Liang ZS, Nguyen T, Mattila HR, Rodriguez-Zas SL, Voir
-
ley TD, Robinson GE (2012): les déterminants moléculaires
du scoutisme dans le comportement des abeilles mellifères. Sciences 335 (6073),
1225–1228.
Mackenzie KE (1994): Le comportement alimentaire de miel
abeilles (Apis mellifera L) et les bourdons (Bombus spp.)
sur la canneberge (Vaccinium macrocarpon Ait.). Apidolo
-
gie 25, 375–383.
Malerbo-Souza DT (2011): Le pollen de maïs comme aliment
source pour les abeilles. Acta Scientiarum Agronomie 33,
701–704.
Mattu VK, Raj H, Thakur ML (2012): le comportement de butinage
des abeilles sur récolte de pommes et sa variation avec al
-
titude dans les collines de Shimla de l'ouest de l'Himalaya. Interna
-
tional Journal of Science and Nature 3, 296-301.
Mayer DF, Lunden JD (1988): le comportement de butinage de miel
abeilles sur pommetier Mandchourie et délicieuse pomme rouge.
Journal de la Société entomologique de la Colombie-Colum
-
Bière 83, 67-71.
Mishra A, Afik O, Cabrera ML, Delaplane KS, Mowrer
JE (2013): L'azote inorganique dérivé de butinage
les abeilles pourraient avoir des avantages adaptatifs pour les plantes
they visit. PLoS ONE 8(7), e70591. DOI:10.1371/jour
-
nal.pone.0070591.
Le Mostajeran, Edriss'S, Basiri MR (2006): Analyse des
caractéristiques des colonies et morphologiques dans les abeilles
(Apis mellifera meda). Pakistan Journal of Biological
Sciences 9, 2685–2688.
Mott CM, MD Race (2012): L'insuline modifie abeille
le comportement des travailleurs. Insectes 3, 1084-1092.
Nest BNV, Moore D (2012): forag Énergétiquement optimale
-
stratégie ing est une propriété émergente de garde-temps être
-
portement chez les abeilles mellifères. Ecologie comportementale 23, 649-658.
Page RE, Waddington KD, Hunt GJ, Fondrk MK (1995):
Les déterminants génétiques de miel d'abeille comportement alimentaire.
Comportement animal 50, 1617-1625.
Paleolog J (2009): caractéristiques comportementales de miel
abeille (Apis mellifera) colonies contenant mélange de travail
-
teurs de traits comportementaux divergents. Science animale
Documents et rapports 27, 237-248.
Pankiw T (2004): phéromone Brood réglemente la recherche de nourriture
l'activité des abeilles (Hymenoptera: Apidae). Journal
of Economic Entomology 97, 748-751.
Pankiw T (2005): Le comportement syn abeille butinage
-
drome: quantifier le modèle de seuil de réponse de
répartition du travail. Actes de Swarm Intelligence
Symposium, 8-10 Juin, 1-6.
Pankiw T, page RE (2000): les seuils de réponse à su
-
Crose prédire butinage division du travail chez les abeilles.
Écologie comportementale et sociobiologie 47, 265-267.
Pankiw T, Tarpy DR Page RE (2002): Génotype et arrière
-
environnement ing affecte la perception des abeilles et
-
vieillissement de comportement. Comportement animal 64, 663-672.
Pearce RTCE, Couvillon MJ, Ratnieks FLW (2013): Hive
relocalisation ne porte pas atteinte abeille (Hy
-
menoptera: Apidae) butinage. Psyché 2013, 1-8.
Pernal SF, Currie RW (2010): L'influence Du pollen
la qualité sur le comportement alimentaire chez les abeilles (Apis mel
-
lifera L.). Écologie comportementale et sociobiologie 51,
53–68.
Picard-Nizou AL, Pham-Delegue MH, Kerguelen V, Dou
-
ault P, Marilleau R, Olsen L, R grison, Toppan A, Mas
-
fils C (1995): le comportement de butinage des abeilles (Apis
mellifera L.) sur colza transgénique (Brassica napus
L. var. oleifera). Transgenic Research 4, 270–276.
Pilling E, Campbell P, Coulson M, Ruddle N, Tornier I
(2013): Un programme de terrain de quatre ans d'instruction à long
effets à long terme d'une exposition répétée des colonies d'abeilles
à la floraison des cultures traitées avec le thiaméthoxam. PLoS
ONE 8 (10): e77193. DOI: 10.1371 / journal.pone.0077193.
Reyes-Carrillo JL, Eischen FA, Cano-Rios P, Rodriguez-
Martinez R, Camberos UN (2007): Pollen collection
et la distribution du fourrage miel des abeilles dans Cantaloupe. Acta
Zoo Mexicana 23, 29-36.
Riley JR, Smith AD (2002): Considérations de conception pour un
radar harmonique pour enquêter sur le vol des insectes au
Article de revue
Médecine vétérinaire,
59, 2014 (1): 1–10
10
basse altitude. Informatique et électronique dans l'agriculture
35, 151–169.
Riley JR, Chapman JW, Reynolds DR, Smith AD (2007):
Les applications récentes de radar à l'entomologie. Outlooks
sur la lutte antiparasitaire 18, 62-68. DOI: 10,1564 / 18feb00.
Scheiner R, Abramson CI, Brodschneider R, Crailsheim
K, Farina WM, Fuchs S, Grunewald B, Hahshold S,
Karrer M, Koeniger G, Koeniger N, R Menzel, Mujagic
S, Radspieler G, Schmickl T, Schneider C, Siegel AJ,
Szopek M, Thenius R (2013): Les méthodes standard pour
études comportementales de Apis mellifera. Journal of Api
-
Recherche culturelle 52 (4). DOI: 10,3896 / IBRA.1.52.4.04
Schneider CW, Tautz J, Grünewald B, Fuchs S (2012): RFID
suivi des effets sublétaux de deux INSEC néonicotinoïde
-
ticides sur le comportement alimentaire des Apis mellifera. PLoS
ONE 7 (1). e30023. DOI: 10.1371 / journal.pone.0030023.
Schulz DJ, Barron AB, Robinson GE (2002): Un rôle pour
octopamine dans la division d'abeilles du travail. Cerveau, Être
-
portement et Evolution 60, 350-359.
Sharma VP, Kumar NR (2010): Variations des abeilles
le comportement et la biologie sous l'influence de la cellule
-
radiations de téléphone. Current Science 98, 1376-1378.
Siegel AJ, Freedman C, page RE (2012): le contrôle de l'ovaire de
la collecte de nectar dans le miel d'abeille (Apis mellifera). PLoS
ONE 7 (4). e33465. DOI: 10.1371 / journal.pone.0033465.
Silva DP, Moisan-De-Serres J Souza DC, Hilgert-Moreira
SB, Fernandes MZ, Kevan PG, Freitas BM (2013): Ef
-
ficacité dans le pollen butinage par les abeilles: le temps, mo
-
tion, et le pollen sur les fleurs de l'épuisement Sysirinchium
palmifolium (Asparagales: Iridaceae). Journal of Pol
-
lination Ecologie 11, 27-32.
Simone-Finstrom M, Gardner J, Spivak M (2010): Tactile
l'apprentissage en résine abeilles de recherche de nourriture. Behavioral Ecol
-
logie et sociobiologie 64, 1609-1617.
Steffan-Dewenter I, Kuhn A (2003): Honeybee butinage
dans les paysages différentiellement structurés. Actes de
la Royal Society B 270, 569-575.
Sushil SN, Stanley J, Hedau NK, Bhatt JC (2013): Enhanc
-
ment la production de semences de trois légumes Brassica par le miel
pollinisation par les abeilles dans l'Himalaya nord-ouest de l'Inde.
Journal universel de recherche agricole 1, 49-53.
Tan K, Yang S, Wang Z, Radloff SE, Oldroyd BP (2012):
Les différences dans la recherche de nourriture et couvain température
les abeilles Apis cerana et A. mellifera. apiD
-
ologie 43, 618-623.
Tan K, Hu Z, Chen W, Wang Z, Wang Y, Nieh JC (2013):
butineuses craintives: abeilles syntoniser colonie et indi
-
individuelle butinage à la présence multi-prédateurs et de nourriture
qualité. PLoS ONE 8 (9). e75841. DOI: 10.1371 / journal.
pone.0075841.
Thuijsman F, Peleg B, Amitai M, Shmida A (1995): Au
-
tomata, l'appariement et le comportement alimentaire des abeilles. Jour
-
nal of Theoretical Biology 175, 305-316.
Visscher P, Crailsheim K, Sherman G (1996): Comment faire
abeilles (Apis mellifera) alimenter leur recherche de nourriture de l'eau
vol? Journal of Insect Physiology 42, 1089-1094.
Vries H, Biesmeijer JC (1998): Modélisation forag collective
-
ment au moyen de règles de comportement individuels de miel
abeilles. Behavioral Ecology et sociobiologie 44, 109-124.
Wang Y, Mutti NS, Ihle KE, Siegel A, Dolezal AG, Kaf
-
tanoglu O, Amdam GV (2010) La régulation de
abeille IRS biais de gènes comportement à l'égard des aliments riches
en protéines. PLoS Genetics 6 (4). e1000896. doi: 10.1371 /
journal.pgen.1000896.
Weaver N (1965): Le comportement alimentaire des abeilles
on hairy vetch. Insectes Sociaux 12, 321–326.
Weidenmuller A, Tautz J (2002): In-ruche comportement de pol
-
butineuses len (Apis mellifera) dans les colonies d'abeilles
dans des conditions de nécessité de pollen haute et basse. Ethol
-
logie 108, 205-221.
Whitfield CW, Cziko A, Robinson GE (2003): Gene ex
-
profils de pression Les dans le cerveau prédire le comportement en en
-
abeilles individuelles. Sciences 302, 296-299. EST CE QUE JE: 
10.1126 / science. 1.086.807.
Yang CE, Chuang YC, Chen YL, Chang LH (2008): Ab
-
comportement alimentaire normale induite par la dose sublétale
de l'imidaclopride dans le miel des abeilles (Hymenoptera: Api
-
dae). Journal of Economic Entomology 101, 1743-1748.
Jeune HJ, Dunning DW, Von Hasseln KW (2007): Forag
-
comportement ing affecte l'élimination du pollen et le dépôt dans
Impatiens capensis (Balsaminaceae). American Journal
de botanique 94, 1267-1271.
Yucel B, Duman I (2005): Effets de l'activité de recherche de nourriture
abeilles (Apis mellifera L.) sur l'oignon (Allium cepa)
la production de semences et de la qualité. Pakistan Journal of Bio
-
Sciences logiques 8, 123-126.
Reçu: 2014
–01–10
Accepté après corrections: 2014
–02–03
Auteur correspondant:
F. Hossam Abou-Shaara, Université Damanhour, Faculté d'agriculture, Département de la protection des végétaux, POBox 22516,
Damanhour, Égypte
E-mail: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par eul' riolu le Mer 17 Aoû 2016, 04:03, édité 1 fois (Raison : c)

moselle57
nymphe
nymphe

Masculin Nombre de messages : 51
Age : 54
ville et région : pont a mousson 54
Date d'inscription : 01/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommeil des butineuses

Message par bazikk le Mar 16 Aoû 2016, 17:47

Merci d'avoir traduit.

On apprend par ce même document que 40 % à 90 % des abeilles butineuses selon les ruches, ne sortent butiner qu après retour des éclaireuses .... et indication de l'endroit où aller butiner..... 


Comme il existe des butineuses d'eau.... qui n'ont rien à voir avec les butineuses de pollen.... ou des butineuses de nectar.... 

Selon le type de butineuses... celles du nectar ont un système de détection de sucre plus développé que celles du pollen d'eau ou de la propolis.

Les grosses abeilles vont butiner plus loin que les petites.

....

bazikk
larve
larve

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 31
ville et région : Marrakech
Date d'inscription : 20/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommeil des butineuses

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:11


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum